vague perpétuelle

Vague perpétuelle

 

Viens mon amour

me faire la cour

dans le tambour

d’allégresse.

 

Ta langue jolie

donne le tournis

des frais matins

en goguette.

 

Marin d’eau douce

en bout de course

tu as la frousse

de l’ivresse.

 

Tangue le roulis

à l’infini

berce notre écrin

de paillettes.

 

Satin du jour

ton souffle est court

océan lourd

de tristesse.

 

Une tranche de nuit

comme un ennui

ivre et serein

fait trempette.

 

Sur ma frimousse

tempête de mousse

dansent et s’émoussent

tes caresses.

 

Exsangue je suis

mélancolie

hydre malin

qui s’entête.

vague perpétuelle 2009détail2

vague perpétuelle 2009détail 1

Leave a Reply